1. À quoi devez-vous adapter votre vitesse ?

Quand vous conduisez, vous devez adapter votre vitesse à plusieurs éléments.

La signalisation

Les signaux de danger, placés à 150 m, vous avertissent d’un risque précis (virage dangereux, chaussée glissante…). Ils doivent au minimum vous inciter à lever le pied, le temps de faire une estimation correcte du danger annoncé (fig. 1) .

3464bb01-ece4-46c9-87eb-095ab89946de_w285h938
Figure 1

Les conditions climatiques

Chaque saison a ses pièges :

  • l’automne : chute des feuilles, averses et risque d’aquaplanage ;
  • l’hiver : gelées avec formation de verglas, chutes de neige, brouillard, soleil très bas à l’horizon et donc éblouissant ;
  • le printemps : gelées tardives ;
  • l’été : effet « savon » lors des premières gouttes de pluie après une période de sécheresse. Les résidus des gaz d’échappement forment une véritable savonnette très glissante.

La route

Vous devez tenir compte de la disposition des lieux et de leur encombrement : le tracé, la largeur de la chaussée, la présence de carrefours, de rails de tram, de passages à niveau, de passages pour piétons ou pour deux-roues, la nature et l’état du revêtement, le type de chaussée (autoroute, rue d’habitations, zone résidentielle…), la densité de la circulation, le champ de visibilité, les circonstances atmosphériques… mais aussi :

  • la plage éclairée par les phares : quand vous passez des feux de route (portée d’environ 100 m) aux feux de croisement (portée de 30 à 50 m), vous êtes obligé de ralentir...

Contenu abonné

Passe premium pour accéder à 100% des contenus de Feuvert