1. Les gaz d'échappement - Moto / Cyclo

Les véhicules motorisés contribuent hélas grandement à la pollution de notre environnement via l’émission de certains gaz (fig. 1).

5a8f606d-a3b8-49cd-b906-52dfbe7a8722_w424h286
Figure 1

Le gaz carbonique (ou dioxyde de carbone : CO2)

La combustion de toute matière fossile produit du gaz carbonique, un gaz à effet de serre.

Le monoxyde de carbone (ou tueur silencieux : CO)

Ce gaz inodore, incolore et insipide est un véritable poison pour le sang. Il est connu pour être le tueur silencieux des salles de bains. Les symptômes qu’il provoque sont les maux de tête et la nausée. Le monoxyde de carbone est très présent quand les moteurs tournent au ralenti, dans les embouteillages ou dans les endroits confinés, comme les tunnels.

Les oxydes d’azote (Nox)

  • Les oxydes d’azote comprennent entre autres le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2). Ils sont émis lors de la combustion de carburants et/ou de combustibles fossiles. D’abord transformés en monoxyde d’azote (NO), ces gaz prennent ensuite une forme plus toxique : le dioxyde d’azote (NO2). Il s’agit d’un gaz brunâtre à l’odeur âcre et déplaisante, qui se transforme en acide nitrique au contact de l’air ambiant.
  • Le dioxyde d’azote (NO2) provoque deux effets toxiques : 
    • sous l’effet du soleil, il devient de l’ozone (d’en bas) et est un des principaux constituants du smog ; 
    • les pluies acides.
  • Les moteurs à essence rejettent moins d’oxydes d’azote que les moteurs diesel.

Les hydrocarbures imbrûlés (HC)

Les hydrocarbures imbrûlés sont les résidus de carburant qui n’ont pas été brûlés dans le moteur.

Les particules

Il s’agit de particules émises lors de combustions imparfaites par un moteur mal réglé. Les plus petites particules,

qui sont également les plus nocives, sont invisibles à l’œil nu et provoquent des cancers. En été, quand il pleut après une longue période de temps sec, les plus grosses particules se déposent sur le sol et rendent la route particulièrement glissante, voire savonneuse.

L’ozone (O3)

L’ozone d’en haut et l’ozone d’en bas

L’oxygène est composé de deux atomes d’oxygène (O2) qui, sous l’action du soleil et de ses rayons ultraviolets, se décomposent une fois en contact avec les émissions polluantes du trafic. Elles se recomposent ensuite pour former non plus deux, mais trois atomes d’oxygène (O3,  appelé "ozone"). L’ozone se retrouve à deux niveaux différents : au ras du sol (entre 0 et 2 km) et à environ 40 km d’altitude.

Le « bon » ozone d’en haut est menacé !

Il s’agit de la même molécule, mais son rôle est totalement différent. L’ozone en altitude nous protège des effets nocifs des rayons solaires.

Le « mauvais » ozone d’en bas est en augmentation !

L’ozone d’en bas irrite les voies respiratoires et les yeux, essentiellement auprès des enfants et des personnes âgées. Il cause ainsi essoufflement, douleur lors des profondes respirations, sifflements respiratoires, fatigue, maux de tête et nausées.


Fin de l'extrait

Connectez-vous pour lire les 60% restants du cours